6987 Coming-Out | Se découvrir FtM…

La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

Se découvrir FtM...
Les questions, les réponses...
Coming-Out | Perso | THS - 1er Mois | 23.02.2015 - 19 h 47 | 3 COMMENTAIRES
Interview

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , ,

 

Damia et moi avons été interviewés par la radio Sainte Afrique et nous vous partageons le téléchargement du fichier sur demande :)

Bisous :)

 

Ça parle de transphobie surtout

Coming-Out | Perso | 05.02.2015 - 00 h 17 | 1 COMMENTAIRES
Paris, Le Deal.

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Aujourd’hui, j’ai déboursé 80€ pour aller à Paris. Et Damia aussi.

Comment pouvons-nous nous permettre de dépenser autant en période de parcours sans ALD et avec des ressources compliquées ?

C’est pas si compliqué.

Mon père n’a qu’un souhait. Que je retourne voir un psy. Qui connaît le sujet des trans.

Je dois donc me refaire valider. Et j’aime pas ça. Demain, je vais voir un endocrinologue et j’ai pas besoin d’une seconde attestation, de rater ENCORE des cours pour ça.

Et aussi : C’est épuisant de toujours avoir à toujours se justifier, se légitimiser, raconter des passages tel que la puberté à ENCORE une personne qui est là pour juger si t’es bien toi.

C’est fatigant. Donc demain, je vais chez cet endocrinologue, en espérant avoir une ordonnance.

Quand j’ai eu mon père au téléphone, je lui ai dit que ça coûterait 80€ à moi et à « une amie », que c’est épuisant et INUTILE.

Et je lui ai fait une comparaison :

Quand on a un accident de voiture.

Mon père est propriétaire d’une voiture.
Je suis la voiture. Nous avons un accident.
Nous-même constatons que le pare-choc avant de la voiture est bousillé. Ça se voit. C’est un constat. Il tiendra pas le choc.
Le garagiste serait l’endocrinologue et les concessionnaires auto seraient les psychiatres. Il nous faudrait juste aller chez le garagiste pour réparer et voilà.
Mais non. Il faut valider chez un premier concessionnaire auto que le pare choc est en mauvais état. Puis après,papa te dit que finalement, c’est un charlatan. Il l’a vu en une seule fois. Alors il va payer des trajets avec un pare-choc qui tient de moins en moins. C’est dangereux. Pour aller voir d’autres concessionnaires auto. Qui mettront peut-être six séances pour s’en rendre compte et te donner ce certificat pour aller chez le garagiste. Et là, oui, papa peut éventuellement croire que le pare-choc est cassé alors qu’il est de plus en plus bousillé.

C’est la même chose psychologiquement. La. Même. Chose.

Lundi j’irais donc à Paris faire ce fichu rendez-vous-perte-de-temps-considérable.

Le seul avantage ? J’y verrai un ami.

C’est tout. Heureusement qu’il sera là, sinon, ça m’aurait VRAIMENT foutu les boules d’y aller JUSTE pour une psychiatre, dont je ne sais même pas si elle délivrera la fameuse attestation.

Je serais le PLUS masculin possible. Mais malheureusement, le corps a ses limites et ce ne sera que « du travestissement masculin ».

Je ferais mon possible pour la convaincre. Pour qu’on me foute la paix avec ça.

Je vous tiens au courant demain pour l’endocrinologue.

Coming-Out | Perso | 30.01.2015 - 14 h 12 | 0 COMMENTAIRES
Les 7 Etapes Du Deuil Dans Un Contexte Trans.

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Depuis mes deux récents articles (ici et ici), je constate quelque chose d’assez flagrant.

Les étapes du deuil. De ma mère.

Je me suis renseigné, et je suis tombé sur ce site : ICI

  1. Le choc : Pourquoi, comment… Plein de questions.
  2. Le déni : Non, ce n’est pas possible.
  3. La colère et le marchandage : Pourquoi ? Tu n’as pas honte ? Tu as pensé à ça ? À nous ?
  4. La tristesse : Ce n’est pas juste, pourquoi elle m’a fait ça à moi, qu’est ce que je vais devenir ?
  5. La résignation : C’est la vie…
  6. L’acceptation : J’y pense, mais ça va.
  7. La reconstruction

 

Je constate donc que suite au Coming-Out avec mes parents (surtout ma mère) il y a eu certaines étapes qui se sont déroulées.

Mardi :

Elle me téléphone, elle est choquée.

 

Mercredi :

Elle me re-téléphone, elle est extrêmement en colère.

 

Jeudi :

Elle dit elle-même être dans le déni et qu’elle ne peut pas accepter
ET AUSSI elle est dans le marchandage car elle me dit « un look garçon-manqué ne te suffit pas ? »

Aujourd’hui nous sommes vendredi, si elle téléphone, je saurais un peu plus où elle en est mais hier, jeudi, je lui ai dit de me contacter uniquement samedi pour me dire quand ils arriveraient.

 Vendredi :

Aucune nouvelle, car comme je le lui ai demandé, elle n’a pas téléphoné et attendu samedi.

 

Samedi :

 

Je vous laisse le soin de lire cet article : Revenir De Loin.

Elle est dans la tristesse. Plus de colère. Plus de chantage/marchandage.
Mais énorme tristesse.

 

 

En ce moment, nous sommes en fin août, et il y a du changement, de la résignation, très peu d’acceptation
Le masculin est difficile, mais pour le prénom, nous avons fait un deal : Alex.

Ça se passe bien

 

Je continuerais donc de mettre cet article à jour au fur et à mesure.

Je ne m’attends pas à de l’acceptation/soutien.

Mais j’ai espoir.

 

Coming-Out | Perso | 27.01.2015 - 21 h 01 | 3 COMMENTAIRES
Le Coming-Out Est Fait.

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Aujourd’hui, la lettre, disponible ici est arrivée chez moi.
Cinq anxiolytiques plus tard, je suis à l’appartement, fixé devant le téléphone. Avec Damia.

18h16, le téléphone sonne. Voici la conversation téléphonique de 37 minutes, disponible ici : (cela ouvrira un lecteur audio, donc clic droit, « enregistrer sous » et ouvrir avec votre lecteur favori)

(TW Elle parle de « normalité » par rapport à la société, cissexisme, transphobie, suicide, dépression, rejet)

 

—-> ICI <—-

 

Puis une demie heure après, elle rappelle.

C’est plus violent, cette fois. Elle entre dans la phase de marchandage.
« Et la sécu ? Tu n’as pas de sécu ! »
 » Et la mutuelle ? »

« Il faut que tu ailles voir un autre psychiatre car en une seule fois, c’est vraiment un charlatan ».

 

Et je vous en passe.

Mais je les attends encore.

Coming-Out | Perso | Pré-THS | 19.01.2015 - 00 h 41 | 0 COMMENTAIRES
Ma Lettre De Coming-Out Pour Mes Parents.

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

Comme je l’ai expliqué dans l’article précédent, je souhaite faire un courrier que j’enverrais à mes parents.

Je la publierais plus tard, après qu’elle soit lue et après avoir eu une réponse de mes parents. (quelque chose qui me confirme qu’ils l’ont bien reçue, comme une agression téléphonique de la part de ma mère, ou je ne sais pas quoi d’autre…)

Donc dans cet article, je vous explique les grandes lignes du contenu de cette lettre en attendant la publication de celle-ci.

Je crois que mon passé dans une filière littéraire m’a grandement aidé.
En effet, j’ai fait cette lettre sous forme de dissertation.

Avec :

  • Une introduction parlant de mon comportement ces derniers mois, de mes souvenirs d’enfance, une première partie parlant moi de façon générale, une seconde partie parlant de Clara, une troisième partie parlant de Leelah et une conclusion.
  • La première partie, je fais part de mon ressenti, par rapport à mon corps, mon esprit, tout ça.
    C’est difficile, c’est une mise à nu. Mais j’assume. Il faut qu’ils comprennent.
  • La seconde partie, je parle de Clara, de son histoire. De ses parents qui l’ont acceptée mais qui n’ont pas eu le temps d’en profiter.
  • La troisième partie, je parle de Leelah, où j’explique les conséquences d’un transphobie familiale/parentale. La destruction qu’elle peut provoquer chez l’enfant, qu’il/elle soit enfant, adolescent ou adulte. Jusque là, j’ai tourné les phrases sans genres. De façon à ce qu’aucun adjectif ne puisse s’accorder.
  • En conclusion, je les rassure, et parle de moi au masculin, de ma sociabilité en tant que Tom ou Tom-Alex.

 

 

Je poste cet article au cas-où un.e jeune trans/homo/bi/NB, etc. ne saurait comment expliquer à ses parents ou proches.
Mes explications peuvent servir d’exemple, de chemin à suivre, ou je ne sais quoi.

Cette lettre, je l’enverrais le samedi 7 février 2015 après mon rendez-vous du 5 février chez l’endocrinologue, si et seulement si j’ai une ordonnance et mon THS.
Sinon, ça attendra ces conditions.

Le but de la manœuvre est d’envoyer cette lettre dans mon propre village un samedi soir (après la levée), ainsi, mes parents la recevront le lundi soir quand je serais reparti sur Dijon depuis la veille.
Le but étant qu’ils la reçoivent en mon absence.

Et la suite, on verra bien…

Coming-Out | Perso | Pré-THS | 19.01.2015 - 00 h 18 | 3 COMMENTAIRES
Une Semaine Pleine D’Émotion.

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

Cette semaine, je l’ai vue passée à toute vitesse…

Pour commencer, mardi dernier, il y a eu ce tant attendu rendez-vous psychiatrique qui s’est terminé par une attestation en main.

Depuis, je me suis posé un peu car les examens étaient finis, alors je me suis dis qu’il serait temps de réfléchir à une façon d’annoncer tout cela à mes parents et à mon Harmonie.

Et mercrediDamia a téléphoné à quatre endocrinologues différents.

L’un ne donne pas de réponse.
L’autre me redirige sur l’équipe de Lyon.
Le troisième me redirige sur l’équipe de Paris.
Le quatrième ne prend pas en charge les personnes trans.

Déception, mais il reste encore un endocrinologue que nous a conseillé notre généraliste et d’autres que Damia a trouvé via internet.

Donc, jeudi soir, en y réfléchissant bien, j’ai trouvé qu’il était plus judicieux d’envoyer une lettre à mes parents. Un courrier.

Ainsi, je vois plusieurs avantages :

_ Je n’aurais pas à les affronter en face loin de mes repères
_ Un courrier, ça se lit, et du coup on peut dire tout ce qu’on a sur le cœur ans être interrompu.
_ On est sûr de ne rien oublier.
_ S’il y a conflit, il est possible de se trouver loin à ce moment-là.

J’ai donc commencé ma lettre. Difficilement. Mais un coup de main de Damia au démarrage et c’était lancé.

Entre temps, nous sommes déjà samedi, je suis rentré au foyer familial et le soir-même, il y a répétition à mon Harmonie, et…

Deux nouvelles excellentes.

En me réveillant, je lis mes messages privés sur Facebook et en voit un de Damia. Elle a une excellente nouvelle à m’annoncer.

Après les derniers échecs concernant la recherche d’endocrinologues, elle a fini par téléphoner à l’endocrinologue qui nous a été conseillé par notre généraliste.

J’ai mon rendez-vous le jeudi 5 février 2015 à 15h30. Et ce qui est encore plus chouette, c’est que c’est pas loin et juste après un cours qui se termine à 15h. J’aurais donc le temps d’y aller.

Pour la deuxième nouvelle du samedi, c’est que j’ai fait mon Coming-Out au sein de l’Harmonie dans laquelle je suis depuis environ sept ans. Et croyez-moi, c’est pas banal, ni facile.

J’avais envoyé un mail à la chef jeudi afin de lui parler de ma situation, et qu’il fallait que j’en parle aux musiciens.

Elle m’a dit que je le ferais quand je serais prêt.

En arrivant pour la répétition, quand j’ai vu la chef arriver dans la salle, je lui ai dit qu’il fallait que j’en parle soit ce soir, soit la semaine prochaine, parce que j’avais des nouveautés, que je verrais un endocrinologue début février.

Je lui ai littéralement sauté dessus. Elle me dit qu’il n’y a pas de problème, dès que je veux.

Je ne me sentais pas du tout prêt à le dire en début de répétition alors je me suis contenté de grogner contre moi-même et de stresser tout le long. (cela dit, je n’ai jamais aussi bien suivi et jouer des morceaux inconnus de toute ma vie.)

Bref. Il est 19h55, la répétition se termine, je stresse comme pas possible, la chef nous remercie et nous dit « Merci bonne soirée, à la semaine prochaine » Y a ma collègue qui sait tout depuis le début qui lève la main (j’étais tétanisé) pour dire que je souhaite parler à tout le monde.

Du coup la chef dit  » Taisez-vous, encore deux p’tites minutes s’il vous plaît ! » et m’invite à prendre sa place devant les autres.

Je me lance

Voilà, j’ai quelque chose à vous dire, ce n’est pas très évident, mais je me lance.

D’ici quelques mois, peut-être autour du mois de Mars, quelques changements vont s’opérer chez moi. Des changements physiques. Je fais un changement de genre. Je fais une transition.

Maintenant, ce que je demanderais, et je sais que ce n’est pas évident, c’est de me genrer au masculin. Les erreurs je comprendraient. Faîtes comme vous le pouvez. Et le plus important, maintenant, c’est le prénom. Je ne suis plus A*****. Je suis Tom-Alex. Que vous m’appeliez Tom, Tom-Alex ou Alex, c’est comme vous le sentez. Je sais et suis conscient que ce ne sera pas forcément évident les premiers temps, mais essayez, faîtes comme vous le pouvez.

Voilà, je vous remercie.

Et ils m’ont applaudi et félicité pour le courage de l’avoir dit. J’ai vu au cours de mon discours des acquiescements de la part de l’un dont j’avais peur qu’il accepte pas, et un clin d’œil de la part du nouveau avec qui ont se paye des barres et un sourire de la part de celui qui m’a aidé à m’intégrer dans l’harmonie, voilà ! Et l’un d’entre eux, à la fin, m’a demandé où je faisais tout ça, et m’a fait encore un clin d’œil d’encouragement et un pouce levé :)

Je suis heureux !

Je termine en disant que les seules personnes qui ne savent pas sont mes parents à l’heure actuelle.

En rentrant chez moi, le plus dur a été de faire comme s’il ne s’était rien passé alors que ça explosait de joie et de fierté en moi. Je suis allé manger, et j’ai continué et terminé ma lettre de Coming-Out adressée à mes parents.

Voilà pour cette semaine pleine de surprise.

Coming-Out | Perso | Pré-THS | 02.01.2015 - 19 h 05 | 4 COMMENTAIRES
Nouveautés et Déceptions.

Étiquettes : , , , , , ,

Tout d’abord, je vous fait part à tous, lecteurs, lectrices de mes meilleurs vœux de bonheur. Je vous souhaite le meilleur et tout ce qui peut contribuer à votre bonheur.

Commençons.

Nous sommes le 2 janvier au moment où j’écris cet article.

Et il y a quelques changements.

Tout d’abord, mon projet de Coming-Out tombe à l’eau.

Notre ami commun à Damia et moi nous lâche pour une raison peu glorieuse. Il souhaite ne plus s’occuper de personne et ne penser qu’à lui.

Certes. C’est son droit.

Mais qu’il ne me fasse pas croire à tort en quelque chose qui me motive à me lever chaque matin.

Donc, mon projet de Coming-Out tombant à l’eau, il va falloir que je fasse tout cela autrement.

Et je ne sais pas comment. Et tout cela me désespère.

M’angoisse.

M’attriste.

Mes études, je les ai complètement laissées tomber. Je sais que je n’y arriverais pas.
Ce ne sont pas les études que j’avais espérées.

Je n’ai plus rien.

Je suis démuni de tout.

Ma sensibilité, mes émotions, mes envies, mes motivations sont neutres.

Cette année, je n’ai plus de motivation intellectuelle.

Cette année, je n’ai plus de famille.

Cette année, je n’ai plus d’espoir.

Cette année, je n’ai plus que Damia.