6987 Binder | Se découvrir FtM…

La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

Se découvrir FtM...
Les questions, les réponses...
Perso | 06.12.2015 - 14 h 48 | 3 COMMENTAIRES
Choisir Son Binder.

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

En apparence, cela semble simple, pourtant, choisir son binder, quand c’est la première fois et qu’on a personne pour nous conseiller ou qu’on ose pas demander, c’est un peu galère…

Je vais tenter de vous aider selon ma petite expérience.
Si certaines personnes ont des commentaires, une expérience à partager, n’hésitez pas.

À la fin de l’article, il y aura le répertoire de tous les binders différents (que je connais) et quelques conseils importants.

J’ai essayé trois binder différents.
En premier, l’Underworks, le T-kingdom et le GC2B.
Je ne compte pas la bande orthopédique, car c’est très dangereux et ça m’a fait plus de mal que de bien.

 

UNDERWORKS

L’Underworks se présente comme un débardeur serré qui maintiens bien la poitrine et l’aplatit. Il s’agit d’un tissus synthétique légèrement élastique.

Cependant, au bout d’une bonne année, il se distendait bien et n’avait pas le même effet qu’à ses débuts.
Il en existe des blancs, noirs et beige, courts et longs.

J’ai porté un M blanc long (que j’ai coupé)
Et acheté un S beige long (coupé également) mais je n’ai pu mettre que 3 fois mais seulement une heure (trop petit)

 

Comment choisir sa taille ?

Sur le site, tout est expliqué par schéma et tableaux.

 

Comment savoir quelle couleur ?

C’est une question de goût. J’ai eu un blanc et un beige. Le blanc se salit et jaunit très vite, pourtant je le lavais aussi souvent que possible.

Le beige me paraissait plus rose.

 

Comment choisir entre long et court ?

J’ai pris que des longs… que je coupais.

Je préférais prendre des longs pour choisir moi-même la taille en découpant.
Sinon, ayant les hanches plus larges que le haut, le binder roulait et compressait l’estomac assez méchamment. Si vous n’avez pas de hanches plus larges que tout au-dessus, pourquoi pas.

 

 

T-KINGDOM

Le T-kingdom est différent, il propose un scratch sur le côté qui reste discret sous le vêtement.
C’est à vous de régler la taille. Et s’il est trop serré ou alors que ça commence à faire mal au dos, un passage aux toilettes pour le desserrer un peu et c’est bon.

J’en ai eu un S court, il ne me convenait pas car ma poitrine ne tenait pas dedans. Mais le côté pratique du scratch est cependant un bon point positif.

 

Comment choisir sa taille ?

C’est aussi expliqué sur le site, avec des schémas et des tableaux.

 

GC2B

Le GC2B est à mon goût le meilleur binder. C’est un t-shirt en nylon, très souple et élastique, et au niveau de la poitrine, il a un tissus rigide qui évite une élasticité et donc que ça se distende avec le temps.

Au début, il était difficile de l’enfiler et de l’enlever. Ma difficulté de motricité fait que j’avais du mal seulement à le retirer seul.
J’ai porté un M noir court. C’était ma meilleure expérience avec les binders.

 

Comment choisir sa taille ?

C’est aussi expliqué sur le site, avec des photos et des tableaux.

 

Les questions :

 

Un seul binder suffit ? Si je le porte tous les jours de la semaine et que je lave le week-end, ça va ?

Cela dépend de ton métabolisme, si tu transpires beaucoup ou pas, odeur forte ou pas.
Je le portais que quand je sortais donc je suis pas une référence.
Mais ce n’est pas long à sécher ni à laver : je le lavais le soir, le lendemain, il était sec (étendu au-dessus d’une source de chaleur, mais pas trop près)
Après, certain.e.s auront besoin de le laver tous les jours, d’autres seulement une fois par semaine ça dépend en fait (des activités aussi)

 

Tu le lavais à la machine ?

Surtout pas !
À la main, au savon, eau froide ou tiède, surtout pas avec de l’eau chaude !
Tu le laisses tremper cinq minutes avec du savon (je prenais mon gel douche) et après tu frottes la partie devant et les parties des aisselles.
J’hésitais pas à renifler (c’est pas classe mais c’est efficace).
Et pour n’importe quel binder.
J’ai fait ça et c’était bien.
Mais avant mon THS, quand je le portais la semaine, un lavage par semaine suffisait.

 

Ça fait mal ? Y a vraiment un sentiment d’oppression ?

Au début un peu le sentiment (comme la première fois avec un soutif mais sur toute la partie couverte) mais ça se distend après (ça dépend des binders)

 

Faire du sport avec ça pose problème ?

Le sport, pour le coup, si tu as peur tu peux prendre un Underworks.
Il faut faire attention à la déshydratation, peut-être, car le binder tient chaud.

 

J’ai une grosse poitrine et avec mon binder les deux seins se regroupent au milieu et si je regarde dans mon binder ils se touchent vraiment et tout, je sais pas si tu vois ce que je veux dire ? C’est normal ?

Ça me le faisais aussi… (j’avais une poitrine imposante également avant le THS)
Ce que je faisais, c’est passer la main pour les « remonter » (en haut sur le coté, vers les aisselles).

 

 

Les conseils/astuce :

– Pas plus de huit heures par jour (À éviter du moins) Et les premiers temps, à mettre 4h max si pas habitué.e.

– Bien écouter son corps.

– Maux de dos, difficultés à respirer, plus de boutons que d’habitude, autres = réduire le temps de port de 2h au moins. Ou changer de binder.

– Voir avec des ami.e.s s’ils ont plusieurs binders, qui seraient de marque.s différente.s du votre, demander si c’est possible de le tester, avant d’en acheter un. Ou de leur acheter s’il y en a dont iels ne se servent plus.

 

Commentaire :

J’ai pris un long, L, noir, ce qui me faisait un peu peur puisque Tom Alex m’avait dit que ça pourrait rouler et remonter Finalement c’est pas du tout le cas, et ça affine même mon ventre (en terme de largeur).

– Ami ayant récemment acheté chez DollHouse

 

 

 

Les sites :

Ces deux sites paraissent identiques, et DollHouse vend des Underworks

Binders F2M et Underworks

http://www.f2mbinders.com/

http://www.underworks.com/men/compression-shirts-29

(Vous trouverez comment mesurer et les tailles en sélectionnant un item)

http://www.dollhouse.fr/binder-poitrine-court-blanc.html

(Pour calculer sa taille, se référer aux deux sites ci-dessus)

 

Loveboat

http://www.lesloveboat.com/shop/index.php?cPath=77

(Et comment trouver sa/ses taille.s : http://www.lesloveboat.com/shop/sizechart.php )

 

 

T-Kingdom

http://www.t-kingdom.com/products.htm

(Tailles : http://www.t-kingdom.com/shopping/english/size.htm )

 

GC2B

http://www.gc2b.co/

(Tailles : http://www.gc2b.co/#!how-to-measure/c1p06  le lien mène sur comment mesurer, et il faut cliquer sur le carré rose « Size chart » et ça fait un visuel en inch et en cm)

 

 

Perso | THS - 7ème à 12ème mois | THS - 9ème mois | 04.11.2015 - 17 h 33 | 0 COMMENTAIRES
Mettre Les Choses À Plat. (Partie 1)

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , ,

Pré-op :

Me voici actuellement à Montauban, accompagné de Damia, dans ma chambre de la clinique du Dr C. qui m’opérera demain.

Cette article est écrit au fur et à mesure des évènements. Certains faits évoluent, donc.

Je vais vous décrire mon séjour de façon à ce que les personnes qui subiront une mastectomie totale aient connaissance de ce qu’il se passera. (Cela peut varier d’un.e clinique/chirurgien.ne à un.e autre)

Nous avions rendez-vous pour l’anesthésiste le vendredi 30 octobre à 14h10, il faut le voir au plus proche de l’opération 3 jours avant celle-ci, au plus tard, un mois.

Me faisant opérer le 3 novembre, et habitant encore loin, j’ai choisi de rapprocher le plus possible le rendez-vous, pour ne pas avoir des frais de transport trop important.

L’anesthésiste qui s’occupera de me mettre dans les vapes est âgé, mais agréable, respecte mon identité.

Dans son bureau, il pose les questions habituelles d’un anesthésiste, autrement dit mes éventuels allergies, opérations passées, etc.

(Je lui ai parlé d’une petite inquiétude au niveau du cœur, il a fait un papier pour le cardiologue, et en fait j’ai rien, donc juste ouf)

Ensuite, nous sommes rentrés à l’hôtel. Et avons passé un week-end au calme.

Lundi, nous quittons l’hôtel à midi, et nous partons pour la clinique immédiatement.
Il est prévu que j’entre à 16h30, mais nous demandons à l’accueil, la chambre n’est pas prête.
Nous attendons sur des fauteuils forts confortables.

15h30, un infirmier vient nous chercher, nous présente notre chambre.
Je suis en chambre seule, c’est très spacieux.

Il y a mon lit, une table de chevet, un grand bureau et son siège, un fauteuil une table qui passe au dessus de ton lit (j’adore ces tables, il m’en faut chez moi).

Nous avons à disposition une salle de bain spacieuse quand même et une penderie pratique (mais pas suffisante pour toutes les robes de Damia)

L’infirmier nous laisse nous installer un moment en prévenant qu’il revient pour me raser la poitrine, et revient avec un lit pour Damia.

Repart et revient immédiatement après avec une petite tondeuse pour le rasage.

Il me rasera tout au-dessus du nombril (c’est-à-dire beaucoup), le torse, les seins, les aisselles et les bras (pas les avant-bras).

Pendant le rasage il remarque que je me gratte entre les seins et dessous chacun d’eux, j’ai de l’eczéma, ça fait deux mois que j’en avais sans savoir ce que c’était…

Il revient après me mettre une sorte de talc exprès pour soigner cela.

Et s’en va.

Donc, rasé, poudré, j’attends le chirurgien pour les marquages.

Un autre infirmier arrive, me demande si je suis bien [Nom, prénom légal] afin de vérifier quand même administrativement.

Voyant ma tête fort peu ravi il me dit, gêné « Enfin… Pour le moment »

Je précise que sur les listes, je suis Monsieur [Nom de famille, prénom légal] afin d’être genré correctement. À l’oral, je suis « Monsieur » et « il », d’où mon indifférence pour le détail administratif.

Il me fais signer quelques papiers, me demande le dossier de consentement du chirurgien, enfin, surtout de la paperasse, c’est pas long, c’est pas contraignant

Ensuite, il me raconte un peu, il dit qu’il saura vers 19h les plannings, donc l’heure à laquelle je serais opéré.

Donc je ne serait peut-être pas opéré l’après-midi comme prévu, mais le matin ? Je ne sais pas.

18h15, on m’apporte mon plateau repas, c’est pas trop mauvais, mais j’ai été vite calé (le stress?)

À 19h, un anesthésiste de garde vient vérifier si tout va bien, s’il y a des traitements en cours depuis le dernier rendez-vous. Il est resté une minute à tout casser.

À 19h30, le Dr C. nous attend à son cabinet, un.e patient.e et moi.

La jeune personne passe avant moi, et, lorsque c’est à mon tour, j’enlève ma veste et mon T-shirt (oui, j’avais une veste alors qu’il fait 25°C dans l’établissement, mais que voulez-vous, je complexe dur)

Il m’a fait les marquages, là où il y aura les téton, la taille des tétons, quelle partie va partir (bye bye!) etc.

Je serais opéré en début d’après-midi.

Je suis revenu, j’ai pris ma douche à la Bétadine, et hop, au lit.

Un infirmier est venu donner des draps à Damia pour son lit.

Il m’a dit que si je voulais un détendeur (médicament pour me détendre) il suffisait de demander, et que je ne devais plus rien consommer à partir de minuit.

Une infirmière de garde arrive à 20h40, elle propose un médicament pour m’aider à dormir, et me dit ce qu’il se passera demain.

On me posera un cathéter au bras, je vais devoir prendre ma seconde douche à la Bétadine et enfiler la tenue de combat.

 

Suite au prochain article.

Perso | THS - 7ème Mois | 24.09.2015 - 16 h 18 | 0 COMMENTAIRES
Au Sein De Bergerac

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , ,

De retour sur internet, me voici avec des nouveautés !

Le 12 Septembre, à 6h, nous avons quitté la Bourgogne pour rejoindre la Dordogne (Voyez la rime)
Après un long périple de sept heures, pauses non-comprises, nous arrivons à Bergerac à 15h environ.
Les parents de Damia nous accueillent, nous visitons l’appartement, il est spacieux.
Avec cuisine, salon, chambre et salle de bain séparées, et non tout dans la même pièce.
Nous déchargeons la remorque et la voiture, et c’est parti pour une partie du rangement ! (que nous terminerons le lendemain)

Ce qui est plus impressionnant, c’est que la taille de notre chambre + salle de bains fait la taille de notre ancien appartement.
Maintenant, nous avons un 38m² (avant, un 12m²) Le plafond haut, les pièces bien distinctes, un balcon et des fenêtre pour aérer et éclairer notre chez nous.
Nous avons tellement peu de choses que ça résonne encore dans l’appartement, mais nous remplirons cela au fur et à mesure.
Comme j’ai pu libérer l’espace qui m’entoure, je me suis mis à ma passion : la cuisine.
Je passe jusqu’à 7h à cuisiner par jour pour Damia et moi, c’est vraiment un bonheur.

Je ne posterais pas de photos de l’appartement sur le blog car les personnes les plus proches les ont déjà vues, et c’est suffisant pour moi.

Nouvelle toute fraîches d’hier : j’ai vu le Dr Coustal qui m’opèrera (mastectommie).
Je serais pris en charge le 2 novembre et opéré le 3 novembre !
Me voilà bien chanceux d’être opéré à 9 mois de THS et par un chirurgien qui a une bonne réputation et me respecte.
De plus, je porterais mon boléro post-opératoire en novembre, où les températures ne sont pas étouffantes, ce sera que mieux !

Je mettrais mon binder en vente après cela, afin de faire profiter un.e ami.e

Je reste à disposition pour des renseignements par rapport à Dijon, autrement dit lieu d’écoute pour le ado – jeunes adultes jusqu’à 25 ans, associations, professionnels de santé safe, etc. Il suffit pour cela de me demander par commentaire (en précisant si oui ou non je publie).

Je vous tiens au courant pour la suite :)

Perso | THS - 4ème Mois | 26.06.2015 - 17 h 20 | 5 COMMENTAIRES
De Retour Pour Un Petit Bilan

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Ça fait un moment que je ne suis pas venu actualiser mon blog, mais me revoilà !

J’espère être un peu plus actif cette fois ;)

 

Alors depuis la dernière fois, j’ai pu faire mes bilans sanguins, et voir l’endocrinologue.

Sa conclusion : Mes taux restent très bas pour 4 mois de THS

Il a donc rapproché les piqûres comme nécessaire. Je prend une demie-ampoule toutes les trois semaines

Donc le 22 juin j’ai pu faire mon injection une semaine avant ! (c’était cool)

 

Mais je vous avoue que je vais voir une autre endoc’ sur Paris bientôt, car entre temps, une amie est venue pour son THS, et il lui a prescrit uniquement de l’androcur pour 4 mois (très déconseillé !!) et a lourdement insisté pour la rediriger vers l’équipe de Lyon (—-> Lol : NOPE)

Sinon, pour vous faire un résumé des changements concrets ces 4 derniers mois

La voix, elle a beaucoup baissé depuis
Les poils, il y en a PAR-TOUT (sauf sur le visage, ÉVIDEMMENT)
Les cheveux ! Ils tombent !
La peau. Au début elle était sèche, et étant donné qu’avant le THS elle avant une tendance grasse, ça m’arrangeait, mais hélas, ce fût de courte durée ! La voici de nouveau grasse, et pleine d’acnée ! (À moi la collection de produits anti-peau grasse !)
Le dicklit qui fait maintenant 6 cm en érection
Je supporte mieux le froid
Je transpire plus vite et je sens plus vite (malgré les trois lavages)
Ma poitrine est vide, plus de glandes mammaires (un peu de bourgeons mammaires, mais surtout de la graisse)
Plus de menstruations !
Mon visage aurait changé
Je suis plus endurant et me muscle très rapidement et facilement
La libido qui augmente
Je suis plus sûr de moi, même si j’ai encore beaucoup de mégenrage.

Il est vrai que le moral est plus stable, que je gère mieux mes émotions, mais ça reste difficile de supporter les « madame » et « mademoiselle », je pense que c’est à cause de mes hanches (très) larges

Donc moins de dysphorie, mais beaucoup de dysmorphophobie

Ensuite, en parlant de dysphorie, j’ai fait l’achat de plusieurs choses entre temps

De prothèses péniennes
J’ai choisis des Mr Limpy, j’ai pris les 4 tailles existantes (y avait une réduction, donc)
D’aspect, c’est très réaliste, la couleur bof, mais bon, c’est pas le truc qu’on sort en public comme ça.
Pour le porter : au début, je le mettais tout seul dans le boxer, contre un autre boxer, et c’est pas pratique du toutla prothèse se balade et avoir deux élastiques de boxer qui serrent les hanches (en plus du pantalon/short !) c’est assez inconfortable.
Le mettre contre la peau, c’est non (c’est sale, et ça irrite)
Donc j’ai fait mon propre harnais, mais ça ne m’empêche pas de le porter très peu.
Les tailles ne sont pas un problème.

Autre achat : le binder

J’avais un underwork comme premier binder, et au bout d’un an de port quotidien, ça s’élargit.
J’avais entre temps pris un autre de la même marque, mais une taille en dessous, et non, ça n’allait pas du tout.
Un ami m’a vendu le sien, un T-Kingdom court, à scratch, ça dépanne bien quand l’underwork me blesse, mais c’est pas top (pour moi)Donc, ayant entendu parler du GC2B, j’ai tenté, un M court noir

Et c’est parfait, les photos :

(underwork long blanc, premier essai VS GC2B court noir troisième jour)

Essai Binder (1) Essai Binder (2)IMG_20150626_083932 IMG_20150626_084001 IMG_20150626_084024

Pour celleux qui voudraient savoir, je faisais un bonnet C à l’époque (cf binder blanc), maintenant, au moins un bon B.
Les deux sont des tailles M, et ont voit tout de même la différence pré-transition VS Testo +4 mois

 

Maintenant, d’un points de vue relationnel

Damia et moi et c’est toujours aussi fort :)

Les géniteurs, j’ai coupé les ponts avec eux (je reçois encore une petite somme mensuel qui m’empêche encore de me sentir libre)

J’ai reçu un appel de ma grand-mère, elle voulait comprendre, m’entendre. Elle m’a écouté, elle est inquiète, elle veut faire des efforts.

Sinon, quelque chose de bien !

Les Marches des Fiertés : J’ai enfin pu faire celle de Dijon et demain, j’irais pour la première fois à celle de Paris !

Mon premier rendez-vous pré-opératoire est prévu pour le 23 septembre, on verra ce que ça donne :)

 

Sur ce, je vous laisse là !

Perso | Pré-THS | 26.11.2014 - 15 h 00 | 1 COMMENTAIRES
L’anamnèse jusqu’à maintenant.

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , ,

L’anamnèse.

Qu’est-ce que c’est que ce mot, encore ? Que signifie-t-il ?

Ben… C’est tout simplement un mot scientifique utilisé en psychologie pour parler du passé d’une personne. Généralement le patient que l’on reçoit.

Donc là, mon article parlera des « indices » sur ma trans-identité. Ce qui fait que j’aurais pu m’en rendre compte bien plus tôt.

J’ai récemment regardé des photos de moi enfant. De tout âge.

Et ce que je vois, sur ces photos, avant l’âge de quatre ans, c’est un petit garçon.

Cheveux courts, chemise à carreau vertes et noires avec un pantalon large et des chaussons bleus ou un pyjama tout bleu clair à mes deux ans et demi.

Cheveux courts également, salopette/short, jaune en haut et rayé bleu/vert/jaune a la vertical en bas, petites chaussures noirs, casquette à l’envers et lunettes de soleil bleu, pour mes trois ans.

Je ne jouais pas spécialement aux Barbies. Ni même au jeu de camions et voitures.

J’aurais voulu des jeux plus « garçons », comme les action-man. Chaque matin, avan de partir à l’école, ma mère me collait devant la télévision le temps qu’elle se prépare pour m’amener à l’école. Et il y avait cette pub des action-man qui passait. C’était action-man plongeur, ou action-man lance-missile. Et je voulais chacun de ces actions man.

Disons que je jouais un peu avec les jouets dits « filles » et ceux dits « garçons », mais avec une préférence pour les jeux non-genrés. Lecture, coloriage, musique, peluches, jeux de sociétés… Les Barbies, c’était uniquement pour les accessoires que j’y jouais. Les tout petits accessoires minuscules comme les montres, les accessoires de sports, etc. Les poupées en elle-même, je me faisais les dents avec leurs mains.

Comme si je ne savais pas vraiment auxquels de ces jeux je devais jouer…

Plus tard, vers huit ans, c’est un peu comme si j’avais compris que étant né fille, je devais jouer à des jeux de filles.

Je n’aimais pas trop les poupons, mais les jouets de dinette et accessoires pour « s’occuper de bébé », ça passait. Mais assez rarement, en fait.

J’ai quelques souvenirs comme ça qui me reviennent.

Par exemple, une fois, chez ma tante, j’avais entre six et huit ans, je venais de me lever et j’allais dans la salle de bain.

Il y avait la mousse à raser et le rasoir de mon père, posés sur le lavabo. Vous me suivez ?

Oui, j’ai étalé de la mousse à raser sur mes joues, menton et le cou comme je voyais souvent faire mon père et j’avais commencé à enlever le protège lame du rasoir. Ma mère est entrée et ma enlevé le rasoir des mains.

Cette fois où, pendant un mois entier, je me cachais dans mon lit avec une chaussette bourrée de mouchoirs entre les jambes…

Oui, j’ai commencé tôt le «packing».

C’était dans mon pyjama, donc c’était chez moi, hein… En cachette…

Les magasins. J’en avais horreur. Une sainte horreur du shopping. Depuis tout petit, quand on m’emmenait dans les grandes enseignes de vêtements, c’était l’angoisse.

Ni mes parents, ni moi-même ne comprenions. « Mais toutes les petites filles aiment ça le shopping ! Regarde-les là-bas ! Elles doivent avoir cinq ans à tout casser, et elles regardent, demandent à essayer… Et toi, tu fais la gueule et regarde les babioles accrochées à la caisse. »

Avec le recul, je comprends mieux. Puis aussi, mettre-enlever-mettre-enlever des vêtements pour voir si ça fait «joli»…

Je m’habille pour pas être à poil, c’est tout…

J’ai toujours été attiré par ce qui est violent. Bien que j’aie fait de la danse moderne et contemporaine et de la gymnastique,

( Et bien d’autres sports, mais pas aussi genrés ), je voulais faire de la boxe, du karaté, entrer dans l’armée… Bref : Taper, frapper, bouger.

L’adolescence. Parlons-en de l’adolescence.

L’arrivée de la puberté, des hormones dévastatrices de bons sens et tout, et tout…

Première chose qui aurait pu mettre la puce à l’oreille de ma mère : la poitrine.

Elle a commencé à poussé dès mes dix ans et demi. À onze ans, on me dit qu’il faut que je commence à porter des brassières. Pardon ? Parce que ça va encore pousser ? Alors là, pas question !

Finalement, ma mère et ma grand-mère auront eu raison de moi.

Toutes les jeunes filles rêvent d’une poitrine généreuse. Bien fournie. À la taille parfaite.

Moi… Quitte à en avoir… Le moins possible s’il vous plaît…

Raté. Me voilà maintenant avec du 85B/C.

Mais heureusement, le binder est né, et je l’ai découvert cette année.

Les hanches. Pourquoi d’un pantalon de taille douze ans je passe à du trente-huit ?

Cul énorme. Hanches développées.

Le meilleur pour la fin : les règles. Les visiteurs menstruels. Les Anglais. La Mer Rouge.

Appelez ça comme vous voulez. Moi, c’est les Menstruosités, que je les appelle.

Quoi de mieux pour se sentir femme que les Menstruosités longues, abondantes et douloureuses ?

Oui, bon. Je passe les détails. Mais voilà. La nature m’a bien gâté. Pourri la vie aussi.

Je l’emmerde, Mère Nature.

Et quand je revois les photos de ce à quoi je ressemblais quand j’avais entre onze et seize ans, je comprends mieux pourquoi on se foutait de ma gueule… Y avait de quoi faire.

Tête de linotte avec des lunettes rondes… Aucun effort vestimentaire… De quoi décourager Cristina Cordula.

Bref, maintenant, je fais un peu plus d’effort, pour au moins ressembler à quelque chose. Me conformer. En attendant.

Mais je vous avoue qu’il est de plus en plus compliqué de sortir, pour moi, maintenant.

Je n’ai plus l’envie, le courage et la motivation pour me montrer comme ça.

Je crois que j’arrive à un point de non-retour. Il faut qu’il y ait une avancée. Quelque chose pour me dire que je ne resterais pas comme ça toute ma vie.

J’avais commencé à travailler ma voix. J’ai arrêté, car c’était bien trop difficile de garder une stabilité là-dedans.

La semaine : voix grave, le weekend : voix « normale ». J’ai failli me planter avant mon Coming-Out… C’était trop risqué.

Le binder, lui, je le mets seulement quand je suis à Dijon. Je ne veux pas que mes parents le découvrent. Ils pourraient me le prendre ou le détruire.

Et le binder, c’est ce qui me permet de moins complexer quand je sors.

J’ai essayé le packing. ça rend bien, j’arrive à bien le mettre, mais… Hanches trop développées, donc, j’attends.

J’ai coupé mes cheveux dernièrement. Il y a un mois. J’ai une coupe à la Amaury Vassili. Encore trop long.

Je les ferais couper plus courts quand j’aurais maigri. Ça m’ira mieux.

Ce qui me motive à perdre du poids, c’est ça. Pouvoir au moins avoir un look androgyne. Laisser le doute aux gens. M’en amuser aussi, pourquoi pas. En attendant plus d’avancées, je me contente de modifier mon comportement. Manger plus de viandes et de légumes, par exemple, marcher

au lieu de prendre le bus/tram.

Quand à mon «comportement masculin», je l’ai autant chez moi que chez mes parents.

Seulement, avec eux, c’est plus soft. Mais il y est quand même. Histoire de leur montrer que je ne laisse rien tomber.

C’était mon anamnèse et mon présent actuellement.

Je précise que c’est mon vécu, mon histoire. Pour ceux-celles qui sont en questionnement, c’est avec votre passé que ça se passe.

Mon histoire et mes comportements d’enfants ne s’applique pas à tous.