6987 MtF | Se découvrir FtM…

La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

Se découvrir FtM...
Les questions, les réponses...
Perso | 31.03.2016 - 10 h 37 | 0 COMMENTAIRES
Aujourd’hui c’est le TDoV. 31.03.2016

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Aujourd’hui, c’est la journée internationale de la visibilité trans.
Aujourd’hui, malgré cette journée, personne ne parlera de nous aux infos.
Personne ne va parler de nous et il n’y aura pas de publicités marketing sur notre dos chez Auchan, Carrefour ou Leclerc.

Aujourd’hui, nous serons peut-être visibles sur Twitter, pas plus loin que la sphère militante.
Sur Yagg aussi, visibilité aidée par les quelques cis qui râleront dans mes commentaires pour dire qu’on parle encore de nous.
Sur Facebook, pas plus loin que dans le cercle d’ami.e.s et des translovers.
Sur d’autres réseaux sociaux peut-être, entre concerné.e.s, sur YouTube, peut-être et encore.

Aujourd’hui, en France, et sûrement ailleurs, en ce jour de visibilité trans nous allons rester invisibles.

Nous avons été invisibles pour le TDoR (journée du souvenirs trans, le 20 novembre dernier et chaque année en Novembre)

Nous sommes invisibles tout le temps, sauf…

Quand ça arrange les parents pour nous invalider
« Regarde ce trans qui s’est suicidé parce qu’il était pas une femme en fait »
Ou encore
« Regarde, elle est morte car elle était trans »

Quand c’est pour se moquer de nous
« J’ai vu cette vidéo buzz où un mec se réveille à côté d’une transsexuelle, il a trop flippé ! »

Quand c’est pour nous agresser, nous insulter, et pire encore
« Punaise, mais t’as vu l’travelo qui vient de passer ? Viens, on lui fait pas la peau ! »
« Hey, toi, t’es un homme ou une femme ? »
« T’es opérée ? Tu t’es faite couper la bite ? Pfrrrr »

Quand c’est pour nous fétichiser
« Tiens, je me ferais bien prendre par une transsexuelle ! »

Et les mecs trans ? Pas d’exemple avec les mecs trans ?
Non.
Premièrement, aux yeux des gens et de la société, nous sommes invisibles. Même s’il paraît que nous sommes de plus en plus connus.
Deuxièmement, nous ne sommes pas cette catégorie qui s’en prend le plus plein la gueule.
Chanceux ? Je sais pas. Et je ne sais pas pour combien de temps encore.

Aujourd’hui, c’est le TDoV et je parle de violence, de transphobie, d’invisibilité.
Parce qu’on en parle jamais.

Enfin, si en novembre de chaque année, où il y a un compte rendu de combien de personnes trans sont mortes assassinées depuis le début de l’année.
Pourtant, nous existons tous les jours.
La violence aussi.

Je parle aussi de cette violence qu’a vécu Damia.

Peu après le TDoV, l’an dernier.
Pour ce jour, elle avait posté une photo d’elle en sous-vêtement sexy sur Facebook.
C’est son corps, c’est son droit, c’est son espace. Personne ne doit la contredire ou lui faire des remarques.

Plus tard, environ 2-3 mois après, il y a eu un débat sur un site qui a publié un article transphobe. Damia est allée commenter, et un mec est venu commenter ceci :

aa0DHlZS

Damia a publié la screencapture sur son Facebook, en dénonçant sa transphobie.
Puis, une « amie », une fille de l’association où nous étions (donc dans la sphère lGb(t)) lui a posté ça :

rL-zfwxF

La violence de ses paroles est terrible.
Elle parle sans savoir ce que c’est qu’être trans.
Elle sous-entend que Damia n’est pas une vraie fille, parce que trans.
Mise à part son paternalisme, si Damia ne cherche pas de boulot, c’est par fainéantise.
Non.
Chercher du travail avec des papiers non-conformes à son identité, c’est se mettre en danger.
Certaines personnes le font, d’autres non.
Ce n’est pas une questions de courage ou volonté.
C’est individuel.
Ce que je dénonce ?
Tout.

L’invisibilité des personnes trans dans la société, au sein même des asso LGBT.
L’invisibilité physique et abstraite des personnes trans.
Quand on sait qu’elles sont là, on les ignore, on les efface, car elles sont « trop compliquées » et on ne cherche pas non plus à savoir comment faire.

Aujourd’hui c’est le TDoV, pour les personnes trans hormonées, opérées ou non.
Pour les majeur.e.s.

On oublie trop souvent nos plus jeunes frangin.e.s de 4, 8, 10, 14, ou 16 ans qui sont obligé.e.s, pour celleux qui savent déjà, de ne rien dire, se cacher, s’enfouir dans un placard très étroit, pour se protéger.
On oublie nos ami.e.s qui ont choisi (ou non) de ne faire aucune opération et/ou de ne prendre aucun THS.
Qui sont invisibles car pas out, ou sans cesse invalidé.e.s (« pas de THS, pas trans »)
On oublie les personnes non-binaires qui se battent pour rester en-dehors des cases binaires.
On oublie ces personnes, enfants, adolescents, adultes, âgées, qui ne savent qui elles sont réellement faute de visibilité trans, faute de repères.
On oublie les personnes trans racisées, celles qui en bavent le plus.
Les personnes trans et handicapées.
Les personnes trans SDF.

Aujourd’hui c’est le TDoV
Aujourd’hui, soyez visibles si vous le pouvez, si vous le voulez.
Aujourd’hui, c’est le moment d’aider une personne à se découvrir, d’aider un personne à sortir de l’isolement.
Aujourd’hui, soyons fier.ère.s de qui nous sommes. D’être arrivé.e.s à combattre mal-être, médecins, transphobie et d’être là pour le clamer.

Soyons nous, et faites fermer leur gueule aux cis qui ont toutes l’année pour être visibles partout, tout le temps et râler contre nos existences.
Luttons contre la SoFECT qui se sert de nous pour se faire du fric et se permet de choisir si on est capable ou non, si on est assez trans ou non pour accéder à ce dont on a besoin.
Soyons solidaires, serrons-nous VRAIMENT les coudes pour nous aider, conseiller quand on le peut.
Oublions nos débats futiles qui nous divisent.
Il est temps de se réveiller et d’arrêter de se faire bouffer et marcher dessus.

Aujourd’hui c’est le TDoV, je suis là, bien vivant, j’existe et je ne suis pas seul.

 

 

 

Perso | 14.09.2015 - 11 h 56 | 2 COMMENTAIRES
Un Don Précieux

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , ,

Hier, en allant sur le site de mon pot commun, j’ai constaté que le pourcentage de l’avancée est passé de 50% à 85% et que la somme obtenue est passée de environ 750€ à 1275€

Pensant à un bug, je vérifie mes mails Et je vois que quelqu’un a participé en donnant 500€

 

Cassandra Cérès, de son nom de scène, malgré ses faibles revenus, ma donné une somme d’argent très importante

 

Cassandra Cérès, si tu lis cet article, sache que je t’en suis immensément reconnaissant, tu contribues ma future libération

Merci.

Perso | 25.07.2015 - 17 h 22 | 2 COMMENTAIRES
Solidarité Avec Les Ami.e.s

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , ,

Post un peu particulier pour cette fois

Sur ma timeline Facebook ainsi que celle de Twitter, je vois passer des pots communs de personnes en transition, qui cherchent à obtenir un coup de main pour une opération, des soins, des frais quelconque.

 

Alors plutôt que d’en voir circuler un plus qu’un autre ou que les autres, je me suis permis de les réunir ici.
Certains sont plus avancés, d’autres demandent moins de sous qu’un ou des autre.s, mais le besoin est le même
Quand quelqu’un fait un pot commun, c’est qu’il y a urgence, une nécessité.

 

Si vous ne pouvez pas donner, un partage, le bouche à oreille, la diffusion sur les blogs, réseaux sociaux, site internets, mails, ça fonctionne.

Un simple partage, c’est déjà des paillettes en plus dans leur cœur.

 

 

 

Je vous mets les liens ici,

 

Je commence par

Asari

Je suis trans non-binaire, afab, et ai à cause de ma dysphorie le besoin urgent d’une mastectomie. Or étant très pauvre, je n’ai absolument pas les moyens de me l’offrir et mes nombreux handicaps excluent tout espoir de trouver un travail me permettant de mettre de l’argent de côté dans ce but.[…]

Son pot est : ICI

 

 

Ensuite, nous avons

Edgar

Je m’appelle Edgar, je suis transgenre et j’ai hâte de passer sur le billard pour mon opération du torse, seulement voilà : je suis en situation de handicap donc mes revenus ne me permettent pas de mettre beaucoup d’argent de côté et si j’ai commencé à le faire, celà n’avance qu’à pas de fourmi.[…]

Son pot est : ICI

 

 

 

Le pot de

Raphaël

Salut, je m’appelle Raphaël, j’ai 20 ans et je suis transgenre. Ça fait quelques temps que j’attends de pouvoir faire mon opération du torse, une mastectomie.
Je suis étudiant indépendant et avec tous les frais de la vie, je ne peux pas financer mon opération tout seul et malheureusement, elle est couteuse.[…]

Son pot est : ICI

 

 

 

Pot suivant,

Evangeline

 […]Depuis mes 8 ans, âge auquel j’ai commencé à comprendre pas mal de chose, j’ai ressenti en moi quelque chose. En faite dans mon âme / esprit/  fort intérieure, je me sentais Fille mais à l’époque je pensais que c’était mon admiration pour les filles qui faisait ça, puis les années passent et mon comportement ressembler plus à celui d’une nana que d’un mec.[…]

Son pot est : ICI

 

 

 

Pot de

Valérianne

 

Je suis trans et dépressive depuis plusieurs années et énormément fragilisée financièrement par de l’aide qui n’est jamais arrivée (famille…) avec des promesses de « on te donnera des sous » et au final c’était à moi de me débrouiller.

J’ai eu des problèmes avec les impôts a rembourser, du déménager 3 fois en a peine un an et demi, m’obligeant a sortir des frais énormes que je n’avais pas (locations de véhicules et garde-meuble).[…]

Son pot est : ICI

 

 

 

Pot de

Erin

Bonjour à tous’tes. Je m’appelle Erin et je suis transféminine. Je vaiscommencer une hormonothérapie qui va féminiser mon apparence. je compte faire en parallèle plusieurs scéances d’épilation laser, d’abord pour le visage, puis quand ça sera suffisament avancé pour que le délai entre chaque scéance soit suffisament long de passer au torse. […]

 

Son pot est : ICI

 

 

Pot de

Romain

Bonjours à tous-tes, je m’appelle Romain, je suis un homme trans de 27 ans.

Ma dentition est complètement bousillée, j’ai donc consulter une dentiste pour trouver une solution. Cette dentiste m’a orienté vers un cabiner de chirurgiens orthodontiste privé qui pourras soigner ma bouche en échange de la somme exorbitante de 8 635 € !!!

Son pot est : ICI

 

 

11758914_956331571079571_424546123_n

 

Perso | 15.01.2015 - 17 h 16 | 1 COMMENTAIRES
Une Amie. Un Article. Une Vérité.

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,

Aujourd’hui, je vais sur Twitter, et je vois qu’une amie trans nommée Selene publie un article. Sur la transphobie.

Je l’ouvre et le lis.

Choc. C’est tout à fait ce que je pense au fond de moi, et ce que je n’arrive jamais à exprimer.

Voici donc un article dédié à Selene et son article. le lien c’est  —-> ICI <—-

 

Dans cet article, Selene nous explique son ressenti en tant que MtF récemment hormonée. Elle est passée par cette période « entre-deux » où son visage, son corps étaient ambigus.

 

[…] tant que je me situe encore dans une zone d’entre-deux, tant que l’on peut lire sur ma personne des signes visibles appartenant aux deux genres (par exemple, pour mon cas, un habillement clairement féminin avec des traits de visage qui peuvent pour certains être identifiés comme vaguement masculins).

 

Elle raconte aussi ses mauvaises expériences avec cette société normative. Les violences psychologiques.

Je suis souvent traitée de travelo, que ce soit directement (« hé, sale travelo ! ») ou indirectement (« hé regardez c’est un travelo ! »).

 

 

Il y a aussi les risques qu’elle a pu prendre afin de vivre normalement. Elle dénonce ainsi la violence physique qu’elle a failli subir, mais qui malheureusement arrive à beaucoup d’entre nous (MtFs, FtMs, MtXs, FtXs, etc. )…

Ce jour-là, j’aurais pu être agressée, j’aurais pu être retrouvée le lendemain matin la gueule en sang ou morte.

 

… ainsi que les priorités des médias.

Les journaux m’auraient alors présentée comme un travesti, ou n’auraient simplement pas parlé de moi (les personnes trans valent moins que les personnes cisgenre aux yeux des médias, même devant la mort).

 

Le harcèlement et la transphobie ne s’arrêtent pas à la vie réelle…

Toute personne s’affichant publiquement comme étant trans, sur les réseaux sociaux, s’expose à une vindicte populaire permanente.

… ni dans les équipes hospitalières s’occupant de personnes trans !

En France, encore, il existe un parcours psychiatrisant et pathologisant, s’auto-proclamant « officiel », la SOFECT.

 

 

Je m’arrête ici pour les citations, le mieux est de lire directement son article qui dénonce donc la transphobie sous plusieurs formes, le cissexisme, des aberrations de la justice française, les stéréotypes qu’on nous impose, etc.

 

Je vous remets le lien —-> ICI <—-

C’est obligé, si vous êtes un.e allié.e, intéressé.e par nos conditions de vie face à la société, ou si vous-même vous êtes trans et voulez un témoignage, c’est l’article à lire.

 

Perso | 11.12.2014 - 15 h 00 | 10 COMMENTAIRES
Un Hommage À Clara.

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

L’article que je vais faire aujourd’hui est un peu spécial.

Aujourd’hui onze décembre deux mille quatorze, la jeune Clara est décédée, suite à un accident de voiture. Elle avait 16 ans.

Je vous raconte son histoire.

Alors que j’étais actif dans le groupe de FtM sur Facebook, un jeune homme, Mathis, 14 ans, me contacte afin de trouver une personne trans, de préférence une femme trans pour aider sa jeune amie Clara, qui est une assignée garçon à la naissance. Nous discutons beaucoup d’elle, et il me dit avoir des sentiments pour elle, mais qu’elle ne le sait pas.

Un soir, Clara vient chez lui, et créée son compte Facebook, grâce auxquels Damia, d’autres MtFs et moi-même pouvons discuter avec elle.
Nous nous apercevons qu’elle vit et assume complètement sa féminité. Il ne manquait juste que l’acceptation de ses parents.

Le deux décembre, nos deux amis s’avouent leurs sentiments l’un à l’autre. C’est le début d’une belle histoire.

Mathis ne peut tellement pas se passer d’elle qu’il prévoit pour Noël d’offrir à Clara un téléphone portable ainsi que l’abonnement, afin qu’ils puissent se joindre à tout instant.

Il n’a que 14 ans et a de beaux projets pour elle. Pour eux.

Il y a quelques jours, Clara a écrit une lettre à ses parents afin de leur dire qui elle est vraiment. Elle est une femme. Elle leur fait donc son coming-out.

Elle va habiter chez Mathis afin de laisser ses parents lire, accepter, prendre en compte tout ça.

Et hier, mercredi dix décembre deux mille quatorze, elle reçoit un appel de son père. Il lui dit qu’il accepte. Qu’il voudrait lui parler.
Clara se précipite pour le voir, embrassant Mathis et lui disant qu’elle l’aime, juste avant de partir.

Plus tard, son père et elle prendront la route et croiseront celle d’un chauffard qui roulait trop vite, les envoyant à l’hôpital. Le père se réveillera dans la soirée, demandant à voir sa fille.

Clara, son pronostic vital est engagé.

Puis elle sera transférée à l’hôpital de Bordeaux car son état ne s’améliore pas.

Puis elle décédera tôt ce matin à cause d’un simple caillot de sang. Personne n’a rien pu faire.

Elle s’appelait Clara. Elle avait 16 ans. Elle allait enfin vivre sa vie de jeune fille auprès de tout ceux qu’elle aime.
Et quelqu’un lui a retiré sa vie, ses projets. Un chauffard.

Mathis vient de perdre son amour. Sa tendre. Sa chérie. Les derniers mots qu’il a entendu de sa part sont : « Je t’aime »
Les parents de Clara viennent de perdre leur enfant. Leur Fille.

Clara

 

« J’étais venu te chercher pour t’annoncer après tant d’années que je te soutiendrais dans toute tes démarches et que j’étais fier d’être le père d’une magnifique jeune fille comme toi… Tu ressemblais tellement à ta mère mais tu avais ton caractère bien à toi.

Jamais plus je ne pourrais te serrer dans mes bras et je n’en ai malheureusement pas assez profité quand tu étais près de moi. Puis a surgit de nulle part, un petit homme avec un caractère bien trempé comme le tiens…

Ce petit homme se battait corps et âme pour que tu aies le sourire…

Il avait enfin réussi… Et grâce à lui et à beaucoup d’autres tu as eu le courage de nous écrire, à ta mère et à moi une lettre expliquant toute ta souffrance.

Je m’en veux aujourd’hui d’avoir été un père distant et de ne pas avoir vu avant que toi, ma petite princesse, tu te battais pour pouvoir vivre comme n’importe quelle jeune fille de ton âge.

Mais avant même que tu puisses savoir à quel point je t’aime comme tu es, quelqu’un a décidé que tu devais sommeiller.

Repose en paix mon ange et sache que l’on t’aime et que sans toi chaque instant est une grande épreuve.»

De la part de son père.         

 

IMG_5242