6987 Psy | Se découvrir FtM…

La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

Se découvrir FtM...
Les questions, les réponses...
Perso | THS - 2ème Mois | 27.03.2015 - 20 h 16 | 1 COMMENTAIRES
Des Dates Plein La Tête.

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , ,

Aujourd’hui, 27 Mars 2015, Damia et moi fêtons nos un de rencontre. Nous nous sommes rencontrés à CIGaLes. Notre rencontre dans cet article : Les Cigales et La Fourmi

Nous fêtons nos un an de relation. Car le 23 avril 2014 nous nous sommes mis ensemble, mais beaucoup de 23 nous ont porté la poisse.
Donc on triche. Voilà.

Le 27 Mars, c’est aussi deux mois après mon Coming-Out.

Deux mois et trois jours après avoir vu ma grand-mère pour la dernière fois.
Un mois et une semaine après avoir vu ma mère pour la dernière fois.
Je ne vois que mon père une fois par semaine, pour conduire.

Mon seul lien avec ma famille se résume à mon permis.

C’est grâce à l’éducatrice spécialisée de l’Adosphère que je l’ai compris.

Réussir mon permis, ce serait peut-être le moyen que mes parents soient fiers de moi. Mais après ? Ça y est j’ai mon permis et ? Au revoir ?
Le rater, ce serait le repasser à Dijon, payer seul plein pot et avoir la déception de mes pairs sur les épaules.

Sacrée pression.

Je voudrais quand même que nos retrouvailles avec mon père ne se limitent pas qu’à ça.
Je voudrais revoir ma grand-mère qui me manque… Je compte chaque jour sans l’avoir vu.
Je voudrais revoir ma mère qui me manque aussi… Je compte chaque jour sans ses nouvelles.

Hier, le 26 Mars, j’ai été donc à l’Adosphère voir l’éducatrice spécialisée qui me suit depuis le 5 janvier environ.

Et elle m’a aidé à me rendre compte de pas mal de choses.
Elle m’a donné des adresses pour trouver un emploi sur Dijon, en tant que moins de 25 ans, et aussi un centre où il y a des consultations auprès de psy-chologues, -chiatres, -chothérapeutes gratuites.

Et hier, c’était aussi ma première année CIGaLes-ienne !

Yep, ça fait un an qu’ils me supportent !

Un an à CIGaLes. C’est-à-dire, de belles rencontres, une découverte sur soi-même, beaucoup de remise en question, une volonté militante qui s’accroît chaque jour et…

Une belle rencontre. Je t’aime Damia.

IMG_20150328_094410

Damia.

Je t’aime.

Coming-Out | Perso | 05.02.2015 - 00 h 17 | 1 COMMENTAIRES
Paris, Le Deal.

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Aujourd’hui, j’ai déboursé 80€ pour aller à Paris. Et Damia aussi.

Comment pouvons-nous nous permettre de dépenser autant en période de parcours sans ALD et avec des ressources compliquées ?

C’est pas si compliqué.

Mon père n’a qu’un souhait. Que je retourne voir un psy. Qui connaît le sujet des trans.

Je dois donc me refaire valider. Et j’aime pas ça. Demain, je vais voir un endocrinologue et j’ai pas besoin d’une seconde attestation, de rater ENCORE des cours pour ça.

Et aussi : C’est épuisant de toujours avoir à toujours se justifier, se légitimiser, raconter des passages tel que la puberté à ENCORE une personne qui est là pour juger si t’es bien toi.

C’est fatigant. Donc demain, je vais chez cet endocrinologue, en espérant avoir une ordonnance.

Quand j’ai eu mon père au téléphone, je lui ai dit que ça coûterait 80€ à moi et à « une amie », que c’est épuisant et INUTILE.

Et je lui ai fait une comparaison :

Quand on a un accident de voiture.

Mon père est propriétaire d’une voiture.
Je suis la voiture. Nous avons un accident.
Nous-même constatons que le pare-choc avant de la voiture est bousillé. Ça se voit. C’est un constat. Il tiendra pas le choc.
Le garagiste serait l’endocrinologue et les concessionnaires auto seraient les psychiatres. Il nous faudrait juste aller chez le garagiste pour réparer et voilà.
Mais non. Il faut valider chez un premier concessionnaire auto que le pare choc est en mauvais état. Puis après,papa te dit que finalement, c’est un charlatan. Il l’a vu en une seule fois. Alors il va payer des trajets avec un pare-choc qui tient de moins en moins. C’est dangereux. Pour aller voir d’autres concessionnaires auto. Qui mettront peut-être six séances pour s’en rendre compte et te donner ce certificat pour aller chez le garagiste. Et là, oui, papa peut éventuellement croire que le pare-choc est cassé alors qu’il est de plus en plus bousillé.

C’est la même chose psychologiquement. La. Même. Chose.

Lundi j’irais donc à Paris faire ce fichu rendez-vous-perte-de-temps-considérable.

Le seul avantage ? J’y verrai un ami.

C’est tout. Heureusement qu’il sera là, sinon, ça m’aurait VRAIMENT foutu les boules d’y aller JUSTE pour une psychiatre, dont je ne sais même pas si elle délivrera la fameuse attestation.

Je serais le PLUS masculin possible. Mais malheureusement, le corps a ses limites et ce ne sera que « du travestissement masculin ».

Je ferais mon possible pour la convaincre. Pour qu’on me foute la paix avec ça.

Je vous tiens au courant demain pour l’endocrinologue.

Perso | Pré-THS | 01.12.2014 - 15 h 00 | 0 COMMENTAIRES
La solution.

Étiquettes : , , , , , , ,

La solution, je l’ai trouvée.

Ma transition. Je suis sûr de vouloir la faire.

Je suis sûr de pas être une fille et rejeter tout ce qu’il y a de féminin en moi.

Donc je ferais cette transition, mais je choisirais ma transition. Je veux garder le contrôle dessus. Je ne veux pas devenir Rambo non plus…

Juste un jeune homme, androgyne, qui joue avec les genres. Qui peut aimer se travestir occasionnellement, qui peut apprécier de passer pour une fille ou un garçon.
Et ça me sera égal, car je serais un homme. Un p’tit homme. Un p’tit Tom.

 

Le truc, c’est de ne pas en parler au psy, car lui, il comprendrait pas.
C’est pas une pathologie, m’sieur. Juste que je me sens pas binaire.
Je n’appartiens pas vraiment aux deux genres binaires auxquels la majorité de la population se défini.

J’suis pas comme les autres, et c’est pas vraiment un choix.

Un p’tit gars à l’allure androgyne, ou personne à part moi ne saurait me genrer binairement.

Héhé.

 

Ce sera un entre-deux. Puis, le jour où je saurais vraiment me définir, si ce jour arrive, bien sûr, je ferais le nécessaire pour.

Mais pour le moment, cette idée me convient parfaitement.

 

 

Par contre, hystérectomie et mammectomie : Ça, je veux y avoir droit !
Le CEC également, avec mes prénoms androgyne ( oui, je chercher encore le troisième. Et oui, j’en veux un troisième. Je me sens incomplet sans ce troisième prénom. )

 

Reste plus qu’à attendre l’indépendance.
Que la société évolue.

Que la justice, les lois, évoluent.