6987 Questionnements | Se découvrir FtM…

La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

Se découvrir FtM...
Les questions, les réponses...
Perso | 27.04.2016 - 20 h 09 | 2 COMMENTAIRES
Hystérectomie, CEC, droits et « choix »

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Nouveautés concernant mon parcours.

Il y a 2 mois environ (à savoir que je n’ai aucune notion du temps, donc bon) j’ai parlé avec un ami ayant un parcours trans masculin qui a eu une consultation chez une gynéco pour son hystérectomie. Il m’a parlé de ce rendez-vous comme étant safe. La gynécologue opère les personnes trans masculine, sans exiger d’elleux une mammectomie avant. Juste attestation psy et lettre d’un généraliste (cette dernière information à confirmer) (Pour ce qui est du temps d’hormonothérapie, je ne sais pas)

Je me réjouis d’avoir enfin une adresse confirmée. L’ami se fait opérer un mois après ledit rendez-vous. Il est content des services médicaux.

Je demande à Damia de téléphoner afin d’avoir plus d’informations.
Je me rends compte que c’est une très bonne chose de l’avoir dans son carnet d’adresse : Elle s’adapte à ses patient.e.s pour faire tel type d’opération (hystérectomie total, sub-totale, radicale, ovarectomie, etc.)

Je contacte un ami qui veut faire son hystérectomie avant la mammectomie, car plus urgent pour lui. On se met d’accord pour voir quand prendre rendez-vous pour y aller ensemble. Je suis content.e, ça avance un peu.

 

Et je réfléchis.
Pourquoi je fais cette opération ?
Pour quoi et pourquoi ?Quel est le but de cette opération ?
Est-ce que c’est comme la mammectomie ?
Est-ce que j’en ai besoin, je la veux ?

Cette fois, ça ne se présente pas comme pour la mammectomie. Je ne suis pas enjoué.e de faire l’opération. Je suis enjoué.e de savoir qu’il y a une bon praticienne dans le coin, mais subir l’intervention (subir, et non pas bénéficier) mouaif bof.

Je réfléchis. J’ai pas envie de m’embêter d’une opération qui va me couter de l’énergie, du temps de rétablissement pour modifier une lettre sur mon État-Civil.

J’envoie donc ce matin un message à ledit ami pour l’informer que je ne suis pas intéressé.e par cette opération.

Être stérile pour changer une lettre.
Être stérile pour être reconnu.e comme étant toi.
Je ne compte pas porter d’enfant, aujourd’hui. Je ne veux pas d’enfant, mais je ne veux pas être opéré.e pour faire bonne figure devant des juges « Regardez, j’ai plus d’utérus, je suis un homme ! »
Déjà, j’ai pas de genre, donc pour faire reconnaître ça, grattez-vous.
Mise à part cette histoire de non-binarité, ça va me changer quoi ?
J’ai peur de cette opération, car je ne la veux pas.

Je ne veux pas obéir à un État transphobe et eugéniste.
Demander la stérilisation des personnes trans pour leur accorder des papiers conformes, c’est du chantage.
« Prouvez-nous que vous ne pouvez pas vous reproduire, sous-humains, et on vous donne vos papiers sous réserve que votre tronche nous revient »

 

Après, vous me direz « Mais tu peux essayer d’obtenir ton CEC sans cette opération, non ? Il y a des villes où ça a fonctionné »
Ah oui, je pourrais. Mais j’ai 2 bonnes raisons de pas vouloir faire ça

Premièrement, c’est long, c’est chiant, c’est cissexiste, et on va étudier un dossier que j’aurais monté pour savoir si je suis bien un mec. Sauf qu’ils auront beau chercher, rien en apparence ne prouve que je suis un mec : on s’adresse à moi encore au féminin, je me laisse pousser les cheveux, je ne veux pas me muscler, je déteste la bière et le foot, et, drame, j’adore les robes, le maquillage et le rose.

Deuxièmement, j’ai une seule lettre d’une proche qui atteste de mon genre masculin. En général, il en faut 3 ou 4.
Des personnes moins proches m’ont proposées de m’en faire, malheureusement, on atteste sur l’honneur et c’est vraiment les personnes proches qui peuvent le faire. J’ai refusé leur proposition, très touchante, mais je ne veux pas non plus les faire mentir à l’État. Et je ne peux pas demander à des personnes trans proches de moi de m’en faire car on doit attester avec la civilité légale. Hors de question qu’elles attestent avec une identité imposée.Merci à elleux pour leur propostion, et merci à mon amie qui m’a fait l’attestation.

Cela dit, je ne renonce pas totalement au CEC.

Quand il sera libre et gratuit sur simple déclaration en mairie.

C’est un « choix » que de ne pas vouloir être insulté.e et humilié.é devant des juges, et de continuer à subir un État-civil non-conforme.

 

Ami.e.s des associations LGBT+, créateurs.trices des affichent des marches des fiertés :

Ce n’est pas une gay pride, ce n’est pas la fête foraine.
Le mot d’ordre n’est pas « Droit des trans » gribouillé vite fait sur une belle affiche.

Le mot d’ordre, c’est « Changement d’État-Civil libre et gratuit pour les personnes trans »

C’est pas plus long pour vous faire chier, c’est juste : 1) Détaillé (« droit des trans » c’est quoi ? Quel.s droit.s ? Pourquoi ? Dans quel but ?) et 2) Respectueux (on n’est pas « des trans » mais « des personnes trans », « trans » est un adjectif)

 

 


 

Point voc :

CEC : Changement d’État-Civil, procédure actuellement longue et coûteuse qui permet, à terme, si positive, de pouvoir changer l’ensemble de tous les papiers administratifs selon « l’identité d’usage » comme étant « l’identité légale ».

Hystérectomie : Opération chirurgicale impliquant le retrait de l’utérus, et-ou du col de l’utérus.

Ovarectomie : Opération chirurgicale impliquant le retrait des ovaires.

Eugénisme : Application forcée de la théorie de l’évolution. Ne pas aider des personnes supposées faibles, des personnes ne faisant pas partie d’une élite. Les empêcher de se reproduire. (ex : stérilisation forcée des personnes trans et handicapées)

 

S’il y d’autres mots à préciser, à définir ou un contexte à éclaircir, vous pouvez m’en faire part par commentaire.

Perso | 31.03.2016 - 10 h 37 | 0 COMMENTAIRES
Aujourd’hui c’est le TDoV. 31.03.2016

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Aujourd’hui, c’est la journée internationale de la visibilité trans.
Aujourd’hui, malgré cette journée, personne ne parlera de nous aux infos.
Personne ne va parler de nous et il n’y aura pas de publicités marketing sur notre dos chez Auchan, Carrefour ou Leclerc.

Aujourd’hui, nous serons peut-être visibles sur Twitter, pas plus loin que la sphère militante.
Sur Yagg aussi, visibilité aidée par les quelques cis qui râleront dans mes commentaires pour dire qu’on parle encore de nous.
Sur Facebook, pas plus loin que dans le cercle d’ami.e.s et des translovers.
Sur d’autres réseaux sociaux peut-être, entre concerné.e.s, sur YouTube, peut-être et encore.

Aujourd’hui, en France, et sûrement ailleurs, en ce jour de visibilité trans nous allons rester invisibles.

Nous avons été invisibles pour le TDoR (journée du souvenirs trans, le 20 novembre dernier et chaque année en Novembre)

Nous sommes invisibles tout le temps, sauf…

Quand ça arrange les parents pour nous invalider
« Regarde ce trans qui s’est suicidé parce qu’il était pas une femme en fait »
Ou encore
« Regarde, elle est morte car elle était trans »

Quand c’est pour se moquer de nous
« J’ai vu cette vidéo buzz où un mec se réveille à côté d’une transsexuelle, il a trop flippé ! »

Quand c’est pour nous agresser, nous insulter, et pire encore
« Punaise, mais t’as vu l’travelo qui vient de passer ? Viens, on lui fait pas la peau ! »
« Hey, toi, t’es un homme ou une femme ? »
« T’es opérée ? Tu t’es faite couper la bite ? Pfrrrr »

Quand c’est pour nous fétichiser
« Tiens, je me ferais bien prendre par une transsexuelle ! »

Et les mecs trans ? Pas d’exemple avec les mecs trans ?
Non.
Premièrement, aux yeux des gens et de la société, nous sommes invisibles. Même s’il paraît que nous sommes de plus en plus connus.
Deuxièmement, nous ne sommes pas cette catégorie qui s’en prend le plus plein la gueule.
Chanceux ? Je sais pas. Et je ne sais pas pour combien de temps encore.

Aujourd’hui, c’est le TDoV et je parle de violence, de transphobie, d’invisibilité.
Parce qu’on en parle jamais.

Enfin, si en novembre de chaque année, où il y a un compte rendu de combien de personnes trans sont mortes assassinées depuis le début de l’année.
Pourtant, nous existons tous les jours.
La violence aussi.

Je parle aussi de cette violence qu’a vécu Damia.

Peu après le TDoV, l’an dernier.
Pour ce jour, elle avait posté une photo d’elle en sous-vêtement sexy sur Facebook.
C’est son corps, c’est son droit, c’est son espace. Personne ne doit la contredire ou lui faire des remarques.

Plus tard, environ 2-3 mois après, il y a eu un débat sur un site qui a publié un article transphobe. Damia est allée commenter, et un mec est venu commenter ceci :

aa0DHlZS

Damia a publié la screencapture sur son Facebook, en dénonçant sa transphobie.
Puis, une « amie », une fille de l’association où nous étions (donc dans la sphère lGb(t)) lui a posté ça :

rL-zfwxF

La violence de ses paroles est terrible.
Elle parle sans savoir ce que c’est qu’être trans.
Elle sous-entend que Damia n’est pas une vraie fille, parce que trans.
Mise à part son paternalisme, si Damia ne cherche pas de boulot, c’est par fainéantise.
Non.
Chercher du travail avec des papiers non-conformes à son identité, c’est se mettre en danger.
Certaines personnes le font, d’autres non.
Ce n’est pas une questions de courage ou volonté.
C’est individuel.
Ce que je dénonce ?
Tout.

L’invisibilité des personnes trans dans la société, au sein même des asso LGBT.
L’invisibilité physique et abstraite des personnes trans.
Quand on sait qu’elles sont là, on les ignore, on les efface, car elles sont « trop compliquées » et on ne cherche pas non plus à savoir comment faire.

Aujourd’hui c’est le TDoV, pour les personnes trans hormonées, opérées ou non.
Pour les majeur.e.s.

On oublie trop souvent nos plus jeunes frangin.e.s de 4, 8, 10, 14, ou 16 ans qui sont obligé.e.s, pour celleux qui savent déjà, de ne rien dire, se cacher, s’enfouir dans un placard très étroit, pour se protéger.
On oublie nos ami.e.s qui ont choisi (ou non) de ne faire aucune opération et/ou de ne prendre aucun THS.
Qui sont invisibles car pas out, ou sans cesse invalidé.e.s (« pas de THS, pas trans »)
On oublie les personnes non-binaires qui se battent pour rester en-dehors des cases binaires.
On oublie ces personnes, enfants, adolescents, adultes, âgées, qui ne savent qui elles sont réellement faute de visibilité trans, faute de repères.
On oublie les personnes trans racisées, celles qui en bavent le plus.
Les personnes trans et handicapées.
Les personnes trans SDF.

Aujourd’hui c’est le TDoV
Aujourd’hui, soyez visibles si vous le pouvez, si vous le voulez.
Aujourd’hui, c’est le moment d’aider une personne à se découvrir, d’aider un personne à sortir de l’isolement.
Aujourd’hui, soyons fier.ère.s de qui nous sommes. D’être arrivé.e.s à combattre mal-être, médecins, transphobie et d’être là pour le clamer.

Soyons nous, et faites fermer leur gueule aux cis qui ont toutes l’année pour être visibles partout, tout le temps et râler contre nos existences.
Luttons contre la SoFECT qui se sert de nous pour se faire du fric et se permet de choisir si on est capable ou non, si on est assez trans ou non pour accéder à ce dont on a besoin.
Soyons solidaires, serrons-nous VRAIMENT les coudes pour nous aider, conseiller quand on le peut.
Oublions nos débats futiles qui nous divisent.
Il est temps de se réveiller et d’arrêter de se faire bouffer et marcher dessus.

Aujourd’hui c’est le TDoV, je suis là, bien vivant, j’existe et je ne suis pas seul.

 

 

 

Perso | THS - 2ème Mois | 27.03.2015 - 20 h 16 | 1 COMMENTAIRES
Des Dates Plein La Tête.

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , ,

Aujourd’hui, 27 Mars 2015, Damia et moi fêtons nos un de rencontre. Nous nous sommes rencontrés à CIGaLes. Notre rencontre dans cet article : Les Cigales et La Fourmi

Nous fêtons nos un an de relation. Car le 23 avril 2014 nous nous sommes mis ensemble, mais beaucoup de 23 nous ont porté la poisse.
Donc on triche. Voilà.

Le 27 Mars, c’est aussi deux mois après mon Coming-Out.

Deux mois et trois jours après avoir vu ma grand-mère pour la dernière fois.
Un mois et une semaine après avoir vu ma mère pour la dernière fois.
Je ne vois que mon père une fois par semaine, pour conduire.

Mon seul lien avec ma famille se résume à mon permis.

C’est grâce à l’éducatrice spécialisée de l’Adosphère que je l’ai compris.

Réussir mon permis, ce serait peut-être le moyen que mes parents soient fiers de moi. Mais après ? Ça y est j’ai mon permis et ? Au revoir ?
Le rater, ce serait le repasser à Dijon, payer seul plein pot et avoir la déception de mes pairs sur les épaules.

Sacrée pression.

Je voudrais quand même que nos retrouvailles avec mon père ne se limitent pas qu’à ça.
Je voudrais revoir ma grand-mère qui me manque… Je compte chaque jour sans l’avoir vu.
Je voudrais revoir ma mère qui me manque aussi… Je compte chaque jour sans ses nouvelles.

Hier, le 26 Mars, j’ai été donc à l’Adosphère voir l’éducatrice spécialisée qui me suit depuis le 5 janvier environ.

Et elle m’a aidé à me rendre compte de pas mal de choses.
Elle m’a donné des adresses pour trouver un emploi sur Dijon, en tant que moins de 25 ans, et aussi un centre où il y a des consultations auprès de psy-chologues, -chiatres, -chothérapeutes gratuites.

Et hier, c’était aussi ma première année CIGaLes-ienne !

Yep, ça fait un an qu’ils me supportent !

Un an à CIGaLes. C’est-à-dire, de belles rencontres, une découverte sur soi-même, beaucoup de remise en question, une volonté militante qui s’accroît chaque jour et…

Une belle rencontre. Je t’aime Damia.

IMG_20150328_094410

Damia.

Je t’aime.

Coming-Out | Perso | 05.02.2015 - 00 h 17 | 1 COMMENTAIRES
Paris, Le Deal.

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Aujourd’hui, j’ai déboursé 80€ pour aller à Paris. Et Damia aussi.

Comment pouvons-nous nous permettre de dépenser autant en période de parcours sans ALD et avec des ressources compliquées ?

C’est pas si compliqué.

Mon père n’a qu’un souhait. Que je retourne voir un psy. Qui connaît le sujet des trans.

Je dois donc me refaire valider. Et j’aime pas ça. Demain, je vais voir un endocrinologue et j’ai pas besoin d’une seconde attestation, de rater ENCORE des cours pour ça.

Et aussi : C’est épuisant de toujours avoir à toujours se justifier, se légitimiser, raconter des passages tel que la puberté à ENCORE une personne qui est là pour juger si t’es bien toi.

C’est fatigant. Donc demain, je vais chez cet endocrinologue, en espérant avoir une ordonnance.

Quand j’ai eu mon père au téléphone, je lui ai dit que ça coûterait 80€ à moi et à « une amie », que c’est épuisant et INUTILE.

Et je lui ai fait une comparaison :

Quand on a un accident de voiture.

Mon père est propriétaire d’une voiture.
Je suis la voiture. Nous avons un accident.
Nous-même constatons que le pare-choc avant de la voiture est bousillé. Ça se voit. C’est un constat. Il tiendra pas le choc.
Le garagiste serait l’endocrinologue et les concessionnaires auto seraient les psychiatres. Il nous faudrait juste aller chez le garagiste pour réparer et voilà.
Mais non. Il faut valider chez un premier concessionnaire auto que le pare choc est en mauvais état. Puis après,papa te dit que finalement, c’est un charlatan. Il l’a vu en une seule fois. Alors il va payer des trajets avec un pare-choc qui tient de moins en moins. C’est dangereux. Pour aller voir d’autres concessionnaires auto. Qui mettront peut-être six séances pour s’en rendre compte et te donner ce certificat pour aller chez le garagiste. Et là, oui, papa peut éventuellement croire que le pare-choc est cassé alors qu’il est de plus en plus bousillé.

C’est la même chose psychologiquement. La. Même. Chose.

Lundi j’irais donc à Paris faire ce fichu rendez-vous-perte-de-temps-considérable.

Le seul avantage ? J’y verrai un ami.

C’est tout. Heureusement qu’il sera là, sinon, ça m’aurait VRAIMENT foutu les boules d’y aller JUSTE pour une psychiatre, dont je ne sais même pas si elle délivrera la fameuse attestation.

Je serais le PLUS masculin possible. Mais malheureusement, le corps a ses limites et ce ne sera que « du travestissement masculin ».

Je ferais mon possible pour la convaincre. Pour qu’on me foute la paix avec ça.

Je vous tiens au courant demain pour l’endocrinologue.

Coming-Out | Perso | 30.01.2015 - 14 h 12 | 0 COMMENTAIRES
Les 7 Etapes Du Deuil Dans Un Contexte Trans.

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Depuis mes deux récents articles (ici et ici), je constate quelque chose d’assez flagrant.

Les étapes du deuil. De ma mère.

Je me suis renseigné, et je suis tombé sur ce site : ICI

  1. Le choc : Pourquoi, comment… Plein de questions.
  2. Le déni : Non, ce n’est pas possible.
  3. La colère et le marchandage : Pourquoi ? Tu n’as pas honte ? Tu as pensé à ça ? À nous ?
  4. La tristesse : Ce n’est pas juste, pourquoi elle m’a fait ça à moi, qu’est ce que je vais devenir ?
  5. La résignation : C’est la vie…
  6. L’acceptation : J’y pense, mais ça va.
  7. La reconstruction

 

Je constate donc que suite au Coming-Out avec mes parents (surtout ma mère) il y a eu certaines étapes qui se sont déroulées.

Mardi :

Elle me téléphone, elle est choquée.

 

Mercredi :

Elle me re-téléphone, elle est extrêmement en colère.

 

Jeudi :

Elle dit elle-même être dans le déni et qu’elle ne peut pas accepter
ET AUSSI elle est dans le marchandage car elle me dit « un look garçon-manqué ne te suffit pas ? »

Aujourd’hui nous sommes vendredi, si elle téléphone, je saurais un peu plus où elle en est mais hier, jeudi, je lui ai dit de me contacter uniquement samedi pour me dire quand ils arriveraient.

 Vendredi :

Aucune nouvelle, car comme je le lui ai demandé, elle n’a pas téléphoné et attendu samedi.

 

Samedi :

 

Je vous laisse le soin de lire cet article : Revenir De Loin.

Elle est dans la tristesse. Plus de colère. Plus de chantage/marchandage.
Mais énorme tristesse.

 

 

En ce moment, nous sommes en fin août, et il y a du changement, de la résignation, très peu d’acceptation
Le masculin est difficile, mais pour le prénom, nous avons fait un deal : Alex.

Ça se passe bien

 

Je continuerais donc de mettre cet article à jour au fur et à mesure.

Je ne m’attends pas à de l’acceptation/soutien.

Mais j’ai espoir.

 

Perso | Pré-THS | 30.11.2014 - 15 h 00 | 0 COMMENTAIRES
Pendant ce temps-là…

Étiquettes : , , , , , , ,

Depuis peu, je suis dans une période de questionnements.

Qui suis-je vraiment ?

Avant, j’étais ce qu’on appelle un Gender Fluide.
J’avais ma période féminine et ma période masculine.
La période féminine commençait autour de novembre et se terminait autour d’avril, et c’est à ce moment-là que commençait la seconde période.
Je n’appréciait pas vraiment d’être féminin, je n’étais pas très à l’aise, mais c’est comme si je n’avais pas vraiment le choix.
Alors je me suivais.

Puis, depuis cette rencontre avec le monde LGBT, après avoir rencontré et parlé avec des personnes trans, je me suis posé la question. Et si moi aussi j’avais cette dysphorie de genre ?
Nous étions en avril et je commençait à réfléchir à tout ça.
Puis je me questionnais. Seul d’abord, puis ensuite en parlant avec l’unique FtM de l’association à l’époque. Il ne me disait rien. Il voulait connaître mes questions. Savoir ce que je ressentais.
Il ne voulait pas m’influencer dans le choix de mes questions.
Il m’écoutait.
Puis il me dit que les questions étaient similaires aux siennes lorsqu’il était dans sa période de questionnements.

Le temps passe. Nous sommes en juillet maintenant. Qui suis-je ?
Suis-je cet homme coincé dans ce corps de fille ?
Ou un non-binaire ?
Ce qui est sûr : Je ne suis pas une fille.
Ma mère dirait : « C’est parce que tu es mal dans ta peau. Tu te sens mal avec tes kilos en trop. »
C’est vrai que ces kilos ne m’aident pas, et m’en débarrasser serait un soulagement. J’aurais moins ou plus du tout ces formes féminines.
Mais tout ce que je ferais une fois ces kilos de perdu, c’est me jeter sur des vêtements masculins et opter pour le look un peu rétro, certes, mais qui me plaît énormément : jazz-man.
Chemise blanche un peu large, gilet sans manche noir ( un peu comme les serveur dans les hôtels, si vous visualisez ), le jean noir coupe droite, les chaussures noires cirées, le chapeau noir et la cravate.
Je compte dériver ce qui est noir en plusieurs couleurs. Bleu, rouge, vert, jaune… et la chemise pourrait être également de différente couleur. Le style resterait le même.
Et pour « androgyner » le tout, cheveux courts.

Être androgyne est pour l’instant mon but. Jouer avec les genres, je trouve ça marrant.
Puis si je devais entrer dans une de ces cases binaires qu’est le genre : je verrais.

Mais je me sentirais sûrement mieux hors de cette case binaire féminine.

Et le gender fluide que j’étais, que devient-il ?
Ben…
Je redoute l’hiver, moi. Cette période où je dois être une fille…
Peut-être qu’avec toutes ces questions et ces changements dans ma vie ça sera différent…

Je verrais bien.
Mais j’appréhende énormément.
Je ne pense pas être ce genre de gender-fluide qui acceptent leur deux périodes.
Quand nous sommes en période estivale, je suis bien, serein. Et quand approche l’autre période, je suis nerveux. Je n’accepte pas du tout ce côté féminin. J’en ai peur.
Je le déteste et ne l’assume pas.

Peut-être qu’être un gender fluide dans un corps d’homme me permettrait de mieux assumer cette période plus féminine ?

Si des gender-fluide passent par là : n’hésitez pas à laisser un commentaire ou un message privé, histoire de patager vos impressions sur ces différentes périodes, tout ça, tout ça.