6987 Réseaux Sociaux | Se découvrir FtM…

La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

Se découvrir FtM...
Les questions, les réponses...
Perso | 18.04.2016 - 15 h 49 | 1 COMMENTAIRES
Être Trans (NB) et Autiste (Auto-diag) sur les réseaux sociaux.

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Un article légèrement hors-sujet par rapport au blog. Je parle réseaux sociaux, autisme et transidentité.

Je suis arrivé.e sur Facebook en 2008, peu après son arrivée dans les internets.

J’y allais surtout pour reprendre contact avec des connaissances perdues de vue (à cause de mes nombreux déménagements)
Au début, je parlais surtout via le chat, et je jouais au jeux proposés. je spammais le mur de mes « ami.e.s », en gros.

Puis en 2014, c’est devenu de plus en plus militant. J’ai rejoins des pages des Ft* (personnes assigné.e.s fille à la naissance qui font une transition sociale, médicale, et/ou chirurgicale, etc), des pages de personnes Non-Binaire, etc.
Et à chaque fois, il y avait des désaccords complètement inutiles, souvent basés sur des ressentis personnels. (ex : quelqu’un se dit non-cis, pas trans, pas cis, pas NB non plus. Nous obtenons ainsi un débat sur « ça existe pas »)

Aussi, les publications d’articles buzz psychophobes (qui font du sensationnel sur des personnes malades, handicapées, etc) et transphobes (pour se moquer des personnes trans) avec le lot de commentaires qu’il aurait mieux fallu éviter de lire.

Et, j’ai appris que Facebook demandait à ces utilisateur.trice.s d’utiliser leur état civil. Au début, les premières personnes concernées à ma connaissances étaient les drag queens. Puis il y a eu des dénonciations. Des personnes recevaient un questionnaire de la part de Facebook pour savoir si un.e tel.le utilisait son « vrai prénom »
J’ai eu deux ami.e.s trans qui ont du recréer un compte. Je ne suis resté.e que 6 mois avant de me dire qu’à part risquer mon compte et me prendre la tête, Facebook m’était devenu inutile. Il y avait également la transphobie venant de personnes MOGAI qui devenait insupportable.
Twitter. Je m’y suis inscrit.e plein de fois. J’ai dû tester en 2013 je crois. Mais je n’en voyais pas l’intérêt. Puis l’année d’après, Damia m’y a initié.e en m’offrant des bonnes personnes à suivre. Au fil du temps, je me suis créer un réseau de personnes avec qui j’avais des points communs.

L’avantage, c’est qu’on peut faire disparaître son compte facilement. J’ai du désactiver 10 comptes au total (les derniers inclus)
Pourquoi à chaque fois revenir ? Parce qu’il est tout à fait facile de recréer un compte.

Au début, je faisait beaucoup d’erreurs dans le militantisme. Cissexismes, insultes, violences verbales… Puis j’ai appris, et je me suis formé.e auprès de gens qui savent mieux que moi à l’époque comment parler, s’exprimer.
J’ai appris à laisser aux autres le soin d’exprimer un ressenti, même s’il est différent du mien.J’ai appris à écouter les personnes qui venaient nous insulter afin de leur répondre de la façon la plus adéquate.

Il y a des personnes que j’apprécie beaucoup dans ce réseau social. Pourquoi l’avoir quitté ?

Twitter a changé. Beaucoup trop. Avant, quand quelqu’un disait quelque chose de pertinent, on lisait, on relayait.
Maintenant, c’est la course à la popularité. Et même celleux qui sont populaires malgré elleux, sont plus avantagé.e.s que les autres.
Je faisais partis de celleux qui devaient répéter au moins 5 fois quelque chose, une question, une anecdote, pour avoir quelques réactions. Je devais calculer l’heure où je pouvais m’exprimer. Choisir le bon timing, les bons mots.
Je n’avais plus vraiment d’interactions.
Je parlais dans le vide. Je me sentais seul.e au milieu des 200 personnes que je suivais.

D’ailleurs, j’ai compris aujourd’hui que je n’avais aucune importance sur ces réseaux. Si Damia n’avait pas parler du fait que j’ai désactivé mes comptes, personnes l’aurait remarqué. (4 personnes lui ont dit « J’avais pas remarqué », pour moi, ça veut tout dire)
Donc si quand je parle on m’ignore, si quand je suis pas là je ne manque à personne… Pas besoin d’expliciter.

 

Le rapport avec le fait d’être autiste ?

Pour les interactions plus personnelles, plus intimes, c’est difficile.
Pour savoir comment discuter dans les réseaux sociaux.
C’est dur. Il faut s’adapter sans cesse.

Le pire avait été avec une amie.
Je l’aimais énormément, mais je n’ai pas su faire.
Hospitalisée, elle raconte comment se passe son séjour. Je suis ses tweets.
Avant ce séjour, elle me disait que je pouvais lui demander les raisons de son hospitalisation.

On m’a toujours dit de ne pas poser de questions personnelles. Je n’avais pas osé, elle m’a expliqué quand même.
Pendant le séjour, je me demande non-stop « Je dois lui envoyer une question ou pas ? »
Et je me dit qu’elle doit être blindée dans ses mentions.
Je me dit qu’elle raconte dans ses tweets, que c’est suffisant.
Puis vient la fin de son séjour, je lui demande, mais elle me fait comprendre que je ne me suis pas intéressé.e à elle.
Dans la forme, elle a raison. Une seule question pour 10 jours d’hospitalisation, c’est peu.
Dans le fond, je lisais ses tweets et me demandait si j’allais pas faire une connerie en lui posant des questions tous les jours.

Ma façon de fonctionner m’a dégoûté.e. J’en ai eu marre d’avoir les justifications dans ma tête et de ne pas pouvoir lui dire, car ça passerait pas.

 

Ce racontage de vie, c’est parce que c’est récent, et que ça montre un peu que sociabiliser, pour moi, c’est se demander si on va foirer quelque chose encore ou non. C’est réfléchir 10 minutes à « comment on va dire bonjour à cette personne qu’on connaît ou pas » et on a trop réfléchi et on passe pour un salaud malpoli.

 

Sur les réseaux sociaux comme IRL, on attend de tout le monde qu’iel réagisse de façon neurotypée, uniforme. Seulement, il y a des personnes qui ne savent pas comment réagir (et soit iels font une bourde qui va les mener au harcèlement, soit iels réagissent pas et se font engueuler) ou qui comprennent pas de la même façon que « normalement » (et du coup, se font moquer, humilier).
Une personne autiste ne va pas s’exprimer de la même façon. Difficile de s’exprimer quand c’est le bordel dans le cerveau.
Bizarrement, quand une personne autiste fait une erreur, son autisme disparaît instantanément aux yeux de tout le monde.Un peu comme ces personnes cis qui te genrent (toi, personne trans ou non-cis) correctement quand tout va bien et dès qu’il y a conflit, te mégenrent et utilisent tes pronoms et prénoms d’avant.

 

Sachez, chères personnes cis, NT et allistique, que vous ne savez peut-être pas comment faire avec les personnes trans (« C’est trop compliqué, comment on vous appelle ? Quelles questions sont taboues ? C’est trop dur. ») ou avec les personnes autistes (« On peut pas vous toucher », « Vous supportez pas de regarder dans les yeux »), mais dites-vous que nous, autistes, on sait jamais faire avec vous, NT et allistiques, et on fait avec, car on a pas le choix, vous êtes partout.

 

 

(Allistiques, une personne pouvant être dans les spectre neuroatypique mais qui n’est pas autiste. Un.e neuroatypique (NA) étant une personne qui a un fonctionnement cognitif différent ( dépression, schizoïde, bipolaire, autiste, HQI, BQI, etc.) NT est l’opposition de NA)

 


Ne pas oublier qu’il y a un certains nombre de pots communs de personnes trans qui tournent. Certains sont là depuis un an.
Et à côté, des projets qui ne sont pas dans un contexte social ou vital récolte le centuple.

Liens ==> ICI <== (si il y a des modifications à apporter, (suppression, ajout, modifications) vous pouvez m’en faire part en commentaire avec lien + modifications à faire)